Financement pour les salaries

La prise en charge du coût de l’accompagnement VAE peut être assurée dans le cadre de 3 dispositifs de financement :

Le plan de formation de l’entreprise

(décret n°2002-1459 du 16 déc. 2002) : à l’initiative de votre employeur, l'entreprise prend à sa charge les frais liés à la VAE, c'est-à-dire votre rémunération ainsi que les frais d'accompagnement et d'évaluation.

Le congé VAE

(décret n° 2002-795 du 3 mai 2002) : Ce congé est sur le même le modèle que le congé bilan de compétences, il permet d’obtenir une autorisation d'absence de 24 heures pour préparer votre dossier, et participer aux épreuves de validation. La totalité ou une partie des frais d'accompagnement et d'évaluation peuvent également être pris en charge.
Il vous faut : 
- demander à votre employeur une autorisation d'absence. La durée du congé est de 24 heures maximum (consécutives ou non). 
- demander le financement des dépenses liées à ce congé à l'organisme collecteur chargé du Congé individuel de formation (CIF) : le Fongecif ou un autre Opacif dont relève votre employeur. En cas d'accord, il prend en charge votre rémunération ainsi que la totalité ou une partie des frais de validation. La demande doit mentionner le diplôme, le titre ou le certificat de qualification visé, les dates, la nature et la durée des actions d’accompagnement, ainsi que la dénomination de l’organisme qui délivre la certification.

L’employeur doit faire connaître par écrit son accord ou les raisons de service motivant le report de l’autorisation d’absence (6 mois maximum), dans les 30 jours suivant la réception de la demande.
A savoir : Vous pouvez entreprendre une VAE en dehors du temps de travail. Vous n'avez pas alors à demander une autorisation d'absence. Une prise en charge financière est également possible dans ce cas.

Attention : le choix de l’OPACIF dépend du secteur d’activité de votre entreprise. Pour en savoir plus, tableau des financements de la VAE

Le Compte personnel de formation CPF

Mesure phare de la loi du 5 mars 2014, le compte personnel de formation (CPF) est un outil de sécurisation des parcours professionnels. Il est entré en vigueur le 1er janvier 2015. Il doit permettre à son titulaire, tout au long de sa vie professionnelle, de maintenir son niveau de qualifiaction  ou d’accéder à un niveau de qualification supérieure. Un salarié à temps plein acquiert 24 heures par an. Un salarié à temps partiel acquiert un nombre d’heure calculé au prorata de son temps de travail. L’alimentation du compte est plafonnée à 150 heures.  Seules certaines actions de formation peuvent être suivies dans le cadre du CPF. Ces actions sont les suivantes :

  • Acquisition d’un socle de connaissances et de compétences ;
  • Accompagnement à la VAE ;
  • Et certaines formations qualifiantes et certifiantes figurant sur des listes spécifiques (élaborées soit au niveau national soit au niveau régional).